Si vous aimez autant que moi fixer des objectifs, vous savez à quel point il est excitant de s’asseoir avec un nouveau planificateur et une bonne tasse de thé pour tracer votre nouvelle vie. Et si vous aimez autant que moi fixer des objectifs, vous savez sans doute à quel point il est frustrant de se retrouver saboter votre nouvelle vie, juste par peur de l’échec !

Je me demandais toujours pourquoi je ne pouvais pas suivre mes plans et je passais des heures et des heures à parcourir Google pour trouver la réponse. J’ai cherché des astuces de planification, des astuces d’organisation et de productivité, le tout dans l’espoir de comprendre pourquoi je ne pouvais pas faire ce que je voulais vraiment.

Mais ce n’est que lorsque j’ai réalisé que j’avais un échec enchevêtré dans mon estime de soi que j’étais capable d’arrêter de me saboter. Le problème n’avait rien à voir avec la planification, l’organisation ou la productivité (ce qui m’a d’ailleurs pris des années à comprendre), le problème était que je tenais absolument à éviter les échecs.

Cela peut sembler une bonne chose. Lorsque l’échec n’est pas une option, nous avons plus de chances de réussir. Faux. Parce que je voyais l’échec comme le reflet de mon (manque d’) estime de moi, je voulais le supprimer complètement comme une possibilité.

J’ai rétréci mon monde. Je n’ai fait que des choses qui étaient garanties pour réussir et au moment où il a semblé que je pouvais échouer (ou faire quelque chose de façon imparfaite), je l’ai complètement abandonné. Pour moi, il valait mieux échouer exprès que d’échouer parce que j’avais fait de mon mieux (tout simplement parce que c’était moins inconfortable sur le moment).

Ainsi, je vais partager quelques-unes des manières les plus courantes (et les plus sournoises) de révéler la peur de l’échec dans votre vie et de les illustrer à l’aide d’exemples tirés des miens. J’espère que cela vous aidera !

Peur de l’échec #1 : Vous rétrécissez votre monde

Peur de l'échec

Une façon de gérer notre peur de l’échec (c’est-à-dire notre peur de la honte et de l’humiliation) consiste à rétrécir notre monde de façon à ne faire que des choses pour lesquelles nous excellons, des choses pour lesquelles nous pouvons réussir rapidement et des choses socialement acceptables.

En réduisant notre monde, nous pouvons avoir le sentiment de réussir sans avoir à quitter notre zone de confort et à risquer le rejet. Le problème est que même si ce monde est sécurisant, il n’est pas satisfaisant. Et en réduisant notre monde, nous renonçons aux occasions d’être mis au défi, d’apprendre, de grandir et d’avoir un impact plus grand sur le monde.

Vous pourriez vous convaincre que vous ne voulez pas d’un petit ami, vous ne pouvez donc jamais être rejeté. Vous pouvez retarder un projet créatif pour ne jamais être mauvais en la matière. Et vous pourriez tergiverser dans vos candidatures pour que personne ne dise jamais non. Voici quelques-unes des manières dont j’ai rétréci mon monde dans le passé.

Un auto sabotage récurent

Depuis aussi longtemps que je me souvienne, je n’ai jamais vraiment travaillé à l’école. Mais ce qui était le plus inquiétant, c’est qu’après avoir commencé chaque année de belle manière, je sombrai quelques mois avant les concours. J’ai vécu cela pour le brevet, le bac et mon BTS.

Je me mettais à sécher les cours de plus en plus, à ne plus rien écouter, enfin bref, à m’auto-saboter de la plus belle des manières.

J’ai pris conscience seulement quelques années plus tard que ce cycle infernal était enfait un évitement pur et dur. La peur de l’échec m’amenais à me donner des raisons qui justifierai mon échec aux examens.

Un mensonge à moi même et à ma famille

Après avoir réussis mon BTS, j’ai passé un concours me permettant de rentrer dans de grandes écoles de commerce.

Après les écrits, j’étais assez bien classé pour être admis aux oraux de toutes les écoles, y compris l’école la mieux classée du concours. J’étais le seul de ma promo à l’avoir eu.

Cependant, j’avais eu cette école in extremis, et une note en dessous de 15 environ allait compromettre sévèrement mes chances d’être admis, déjà très faible.

Et bien, savez-vous ce qu’il s’est passé ? Je pense que vous l’avez deviné.

J’ai “oublié” d’y aller.

Je regardais la télévision (une des très rares fois ou je la regarde), lorsque ma mère a surgi de nulle part en criant “mais Quentin, tu n’avais pas ton oral aujourd’hui ?“.

Effectivement, c’était aujourd’hui. Honnêtement sur le coup, j’ai pensé que j’avais juste oublié. Mais comme par hasard, dans tous mes oraux, j’avais oublié seulement celui-ci, celui avec le plus d’enjeux.

J’avais préféré ne pas y aller, inconsciemment, plutôt que risquer de ne pas réussir.

Je n’ai jamais repris la boxe

Suite à un mauvais coup et une fracture du nez, j’ai été contraint d’arrêter la boxe pendant plus d’un an.

Finalement, un beau jour, le médecin m’a enfin donné son accord pour que je puisse reprendre. Et devinez quoi ? Et oui, je n’y suis jamais retourné.

Mes pensées négatives étaient toutes liées à la performance. “J’ai perdu en niveau“, “les autres vont me trouver nul“, “j’arriverai même plus à finir un entrainement“, etc.

Si tout va bien, vous pouvez voir que pour vous sauver de l’échec, vous devez effectivement échouer et limiter votre contribution, votre satisfaction et votre succès. 

Si vous pouvez vous rapporter à l’un des exemples que je viens de citer, il est temps de commencer à faire des choses qui vous mettent mal à l’aise, à faire des choses qui pourraient aboutir à un rejet et à des choses pour lesquelles vous avez tergiversé.

Ne vous attendez pas à ce que vous vous sentiez bien et plein de motivation. Sachez que votre cerveau primitif va paniquer, mais c’est bon signe. Ce ne sera pas confortable, mais l’alternative non plus.

Action : Identifiez un domaine de votre vie que vous avez gardé petit et établissez un plan pour entrer dans de nouvelles possibilités, y compris le rejet !

Peur de l’échec #2 : Vous attendez le moment idéal pour commencer

anxiété de performance

Une autre façon de gérer la peur de l’échec est de croire qu’il y aura un moment «parfait» pour commencer. D’après mon expérience, ce type de pensée est généralement associé à un état d’esprit du tout ou rien, qui est que si quelque chose n’est pas parfait, il ne sert à rien de le faire (oui, abandonner ses habitudes et ses objectifs n’est qu’un moyen sournois nous nous protégeons de la douleur de l’échec).

Vous avez besoin de plus de temps libre avant de pouvoir lire. Il faut que les vacances soient finies avant de pouvoir commencez à aller à la salle de sport. Vous avez besoin de lundi avant de pouvoir commencer à manger sainement. Voici quelques-unes des façons par lesquelles j’ai attendu le temps “parfait” par le passé.

Changer de style de vie au retour des vacances

Vous n’imaginez même pas le nombre de fois ou je me suis dit “okay Quentin, à la fin de ces vacances, tu vas à la salle de sport et tu commences à manger sainement“.

La semaine précédent cette soudaine résolution, j’en profitai donc pour manger un peu tout et n’importe quoi. Et bien entendu, le jour J, je n’appliquai aucune de ces résolutions, prétextant toujours une excuse bidon pour ne pas le faire.

Attendre le jour idéal pour faire le grand rangement

Une variante serait d’attendre le moment parfait pour commencer à ranger la maison de fond en comble.

Journée pluvieuse, journée ou il n’y a rien de prévu, ou le lendemain n’est pas une journée fatigante… en bref, un nombre inimaginable de critères. Et si vous attendez de tous les avoirs, autant attendre que les poules aient des dents.

Si tout va bien, vous pouvez voir que l’attente du temps «parfait» n’est pas une stratégie gagnante. Si vous pouvez vous rapporter à l’un des exemples ci-dessus, il est temps de créer une échéance pour commencer (une échéance proche) et de vous y tenir ! Il y aura toujours des obstacles, des si et des mais. Le temps «parfait» ne vient jamais, vous devez le créer. Et vous pouvez le créer quand vous le souhaitez.

Action : identifiez un domaine de votre vie où vous avez «attendu» le moment idéal pour commencer et établissez un plan pour commencer au plus vite avec ce dont vous disposez. Soyez honnête avec vous-même et pincez-vous si vous vous dites “Quand X arrivera, je serai capable de faire Y“. Vous pouvez faire Y cette semaine, il vous suffit de vouloir ressentir de l’inconfort et d’être un débutant. Il n’y aura jamais le moment idéal.

Peur de l’échec #3 : Vous tergiverser

solution anxiété

L’une des façons les plus sournoises de gérer la peur de l’échec est de procrastiner. De toute évidence, la procrastination ne protège pas contre l’échec lui-même. 

Mais cela nous protège de la douleur d’un «véritable» échec, car cela nous donne une excuse. Si nous tergiversons et que nous échouons, nous pouvons nous réconforter en nous disant que nous aurions mieux fait si nous avions fait de notre mieux (et c’est à côté du point que nous n’essayons jamais de notre mieux parce que nous avons peur, cela ne sera pas assez bon !).

Je faisais ça tout le temps quand j’étais en cours. La vérité était que j’avais peur du désespoir et de l’humiliation que je pensais ressentir si j’étudiais le plus durement et que ce n’était pas suffisant.

Ainsi, au lieu d’étudier très durement, je mettais tout de côté jusqu’à la dernière minute. C’était extrêmement stressant, mais cela m’a aussi laissé m’échapper. Si je ne faisais pas aussi bien que je l’espérais, je pourrais me laisser croire que j’aurais fait mieux si j’avais étudié davantage.

Action : Identifiez un domaine de votre vie où vous avez eu recours à la procrastination pour vous empêcher de commettre un «véritable» échec. Écrivez ce que la procrastination vous coûte (pour augmenter votre conscience) et souvenez en vous quand cela se produit.

Et si vous avez des difficultés avec la procrastination, ou avec tout ce dont je parle dans cet article (parce que tout est super lié), vous voudrez peut-être en savoir plus sur comment vaincre la phobie sociale.