Pas besoin de vous présenter qui est le Dalaï Lama. En revanche, apprendre de sa sagesse peut être bénéfique pour vous (et pour les autres).

Mais d’abord, pourquoi voudriez-vous apprendre du Dalaï Lama ?

Car en tant que phobique social, vos croyances négatives vous submergent et vous rongent, jour après jour. Et la ou ça devient intéressant, c’est que dans ses efforts de toute une vie dans la pratique du dharma, le Dalaï Lama enseigne l’importance de s’engager dans des pensées positives plutôt que négatives.

Ce qui, selon lui, devrait être une activité de toute une vie. Il est un exemple éloquent de ce que cela signifie de refuser de devenir victime de nous-mêmes, et de travailler pour réaliser une paix et un bonheur intérieur.

Il est le summum de la présence et de la maîtrise émotionnelle. La vie du Dalaï Lama est un effort continu pour atteindre le nirvana ultime. Une paix intérieure pour parvenir à la paix pour tous. Sa philosophie – la gentillesse.

Ma religion est très simple. Ma religion est la gentillesse

Dalaï Lama

S’il y a quelque chose que nous devrions tous vouloir atteindre ou améliorer, c’est avoir une attitude empreinte de compassion et de gentillesse.

Cependant, avoir une telle aptitude à la gentillesse ne peut pas être développé du jour au lendemain, même pour le Dalaï Lama. C’est un voyage de toute une vie. C’est un effort quotidien et conscient d’être encore un peu meilleur que la veille. Mais c’est possible, surtout avec l’aide appropriée.

Alors, voici 8 choses que j’ai apprises, en tant qu’ancien phobique social du Dalaï Lama.

1. Pensez à toutes les personnes que vous avez rencontrées

Bon, je vous l’accorde, c’est un peu bizarre dit comme ça. Pourtant, essayez d’imaginer un instant toutes les personnes que vous avez rencontrées depuis vos plus lointains souvenirs : vos camarades de primaires, de collège, de lycée, votre premier amour, le boulanger de votre quartier, vos collègues de boulot, les amis de vos amis…

Ça y est ? Autant de personnes pour autant de personnalités. Bravo, vous avez pensé comme la plupart des personnes.

La majorité des gens ne prêtent même pas attention à ce que vous faites ou dites. Quelques secondes plus tard, ils vous ont oublié.

Alors, la prochaine fois que vous vous retrouvez dans un endroit remplis de monde, ou dans une situation avec des regards braqués sur vous, utilisez cette petite astuce.

Repensez à tous les gens que vous avez rencontrés, puis revenez dans l’instant présent : les gens se fichent complètement des détails.

2. Quand vous n’avez rien de gentil à dire, apprenez à ne rien dire du tout

Vous vous sentez énervé ? Voulez-vous exprimer votre frustration à quelqu’un ? Essayez d’être silencieux pendant un moment. Au lieu d’être réactif, essayez de prendre le temps de vous calmer pour traiter vos sentiments, puis d’être proactif quant au meilleur plan d’action.

Par exemple, lorsque vous vous retrouvez à élever la voix lors d’une dispute avec votre conjoint, arrêtez-vous et prenez un moment pour réfléchir à ce qui se passe réellement.

Votre rage vient-elle d’une véritable colère ? Généralement pas. La colère n’est qu’une autre forme de la peur. Alors demandez-vous : “de quoi ai-je peur maintenant ? Que mon épouse ne m’aime plus ? Que je vais la laisser tomber ?“.

Ensuite, considérez que leur colère est juste une autre forme de peur aussi. Quelques instants de silence vous aideront à vous donner la perspective dont vous avez besoin pour cesser d’alimenter les flammes de votre colère et pour choisir une autre réaction.

3. N’oubliez pas que toutes les personnes que vous avez rencontrées se battent

Parfois, nous pouvons être tellement enracinés dans notre petit monde et nos propres problèmes que nous oublions que d’autres personnes ont aussi leurs problèmes. Des problèmes bien pires que les nôtres.

Donc, avant de juger quelqu’un, apprenez à connaître son histoire. Arrêtez de parler de vous et voyez ce que vous pouvez apprendre des histoires des gens qui vous entourent.

4. Ne transpirez pas pour les petites choses

Par « petites choses », cela signifie en grande partie de l’argent et des choses matérielles. 

Manifestement, avoir assez d’argent pour payer les factures, se nourrir et subvenir aux besoins de sa famille peut être extrêmement stressant. Mais si vous êtes stressé la plupart du temps, posez-vous des questions. Les 100 fois ou vous avez été stressé de tout perdre, combien de fois est-ce que cela est devenu réalité ?

Et si vous avez tout perdu dans le passé, en quoi le fait de vous en inquiéter vous a-t-il déjà aidé à résoudre quoi que ce soit ? Agissez dans le présent et non pas dans l’angoisse pour votre avenir.

Gardez donc un esprit clair et logique avec tout ce dont vous avez besoin, mais pour tout le reste – les voitures chères, les grandes maisons, les labels de créateurs, la mentalité «plus, plus, plus», laissez tomber. 

Investissez vos énergies dans les choses qui vous apporteront un bonheur réel et durable : les relations, la relation que vous entretenez avec vous-même, le sens de l’objectif et la liberté.

5. Choisissez les pensées qui vous servent. Ne tenez pas compte de ceux qui ne le font pas

On dit que le bonheur n’est rien d’autre qu’une question de concentration. Vous pouvez choisir de vous concentrer sur les pensées, les personnes, les événements et les situations qui servent votre bonheur, ou vous pouvez choisir de vous concentrer sur ceux qui ne le sont pas.

Est-ce facile ? Pas du tout, sinon nous en serions tous déjà des experts. Mais avec la pratique et la prise de conscience, nous pouvons tous apprendre à séparer les pensées les moins utiles des plus utiles.

Par exemple, une ou deux personnes de votre groupe d’amis pourraient vous avoir laissé tomber. Vous pouvez choisir de vous concentrer sur ces quelques individus et vous énerver, peut-être vous disputer avec eux, parler dans leur dos et vous sentir désolé pour vous-même.

Ou vous pouvez choisir de vous concentrer sur les amis qui sont toujours là pour vous, ceux avec qui vous pouvez passer du bon temps et avec qui vous vous sentez bien.

Nous pensons savoir ce qui est bon pour nous, sauf en ce qui concerne ce à quoi nous portons notre attention. Donc, entraînez-vous de plus en plus à penser à ce qui nourrit votre esprit.

Le dalaï-lama est connu pour avoir utilisé la méditation pour améliorer son état de conscience. Pourquoi ne pas faire de même ?

6. Soyez vous-même (la meilleure version)

Vous pouvez avoir du mal à utiliser l’un des conseils ci-dessus, mais vous pouvez faire quelque chose, peu importe qui vous êtes, c’est d’être vous-même.

Nous pouvons tous regarder les gens comme le Dalaï Lama et apprendre de la manière dont nous pouvons nous améliorer. Soyez toujours vous-même, ne prétendez jamais être quelqu’un que vous n’êtes pas.

C’est l’étape la plus importante que vous puissiez franchir pour devenir plus heureux.

La chose à propos de la vie est que tant que vous avancez toujours, tout est possible pour vous.

Nous sommes tous un travail en cours, y compris le Dalaï Lama, et il l’adore. 

Considérez votre vie comme une opportunité de grandir et de vous développer, et sachez que tout ce que vous pouvez faire est de continuer à vous efforcer d’être la meilleure version de vous-même que vous puissiez être.

7. Au milieu de chaque difficulté se cache une opportunité de grandir

Chaque difficulté à laquelle nous faisons face, ou chaque erreur que nous faisons, nous offre une opportunité de croissance.

Nous pouvons apprendre de nos erreurs et nous améliorer. Le Dalaï Lama dit que lorsque nous faisons face à ces défis, c’est une chance pour nous de découvrir notre force intérieure et de l’utiliser.

Grâce à ces difficultés, nous pouvons pratiquer la patience et la tolérance.

8. La meilleure façon de résoudre un problème est de s’asseoir et de parler

La violence et la colère ne sont jamais la solution à vos problèmes. Le Dalaï Lama dit que nous devons nous respecter et écouter les autres.

Parlez de vos problèmes et résolvez le problème de manière pacifique.