Alors que des gens se peignent des trèfles à quatre feuilles sur le visage le jour de la Saint-Patrick ou mettent un fer à cheval miniature dans leur poche avant un examen important, la question se pose : les porte-bonheur sont-ils réellement efficaces ?

 Notre hypothèse : les porte-bonheur peuvent nous rendre plus heureux

La prochaine fois que vous croiserez les doigts ou que vous souhaiterez le malheur de quelqu’un, réfléchissez-y à deux fois.

Nous pouvons trouver des superstitions, rituels et porte-bonheur dans les cultures du monde entier. Cette omniprésence traduit en réalité un fait essentiel : tout cela fonctionne et traduit une réalité tangible.

De nouvelles recherches montrent que, par exemple, croire au pouvoir d'un porte-bonheur peut effectivement nous aider à améliorer nos performances dans des domaines comme la mémoire à court terme ou la motricité fine, et ce même si le test effectué et le porte-bonheur n’ont (en apparence) aucun lien.

  Une étude scientifique sérieuse

Selon une équipe de psychologues de l'Université de Cologne en Allemagne, la réponse est oui.

Dans une série d'expériences impliquant la mémoire à court terme et la motricité fine, ces scientifiques ont pu étudier l'effet des croyances et de la confiance que nous pouvons avoir (ou non) dans les porte-bonheur. Étudiants ou retraités, cadres ou chômeurs, le panel d’individu était suffisamment large que pour être représentatif de la société toute entière.

C’est dans la revue Psychological Science que se trouvent les résultats détaillés de l’étude.

Des expériences sur les porte-bonheur

La première expérience a examiné l'influence des porte-bonheur dans un test de golf, où il fallait mettre la balle dans le trou en le moins de coups possibles. Les expérimentateurs ont alors tendu une balle à chaque participant, mais en ne disant qu’à environ la moitié qu’il s’agissait d’une balle porte-bonheur.

Les résultats étaient probants : ce groupe avait un taux de réussite sensiblement supérieure à l’autre.

Dans une autre expérience, les participants ont reçu un cube contenant de minuscules boules, une plaque avec des trous se trouvant au milieu du cube. Le but était de mettre autant de ces balles dans les trous, et ce le plus rapidement possible.

Cette fois-ci pas de porte-bonheur, les participants à qui les scientifiques ont dit : "Je vais croiser les doigts pour vous !" ont obtenu de meilleurs résultats.

Les deux dernières expériences ont, elles, impliqué que les cobayes apportent chacun leur propre porte-bonheur.

Une partie était autorisée à le garder avec eux, tandis que l’autre devait le laisser aux psychologues.

Les tests qui ont suivi consistait en des jeux de mémoire et d’anagramme. Sans trop de surprise les résultats du premier groupe surpassèrent ceux du deuxième.

Explication du phénomène

Pour savoir si la croyance dans les porte-bonheur donnait vraiment un avantage à ceux qui en portent, les scientifiques les ont interrogés avant les deux dernières expériences pour évaluer leur niveau de confiance.

Les participants qui ont pu garder leur porte-bonheur s’étaient fixé des objectifs plus importants au niveau des tâches à accomplir, et ont déclaré qu'ils sentaient plus de confiance dans leurs capacités.

"S'engager dans un schéma de pensée et de comportements dit superstitieux peut être un moyen efficace d'atteindre son niveau de performance le plus élevé", écrivent les chercheurs dans leur article.

Partout dans le monde, les gens ont toujours eu tendance à recourir aux porte-bonheur lorsqu'ils étaient confrontés à des situations inconnues ou stressantes, on comprend maintenant mieux pourquoi.

Les chercheurs affirment en effet que ce genre de comportement impliquant des porte-bonheur peut aider à réduire les tensions, notamment celles liées à des concours ou à des examens.

Un exemple : l’œil d'Horus

Par exemple, les anciens Égyptiens portaient des porte-bonheur ou des amulettes comme protection contre la mort et les mauvais esprits.

L’un des plus anciens porte-bonheur égyptiens est l’œil d'Horus, un dieu du ciel qui avait la forme d’un faucon.

Horus aurait été appelé par sa mère Isis pour détruire son frère Set, divinité maléfique, et perdit son œil après une série de batailles sanglantes. Il fit donc restaurer son œil, ce qui lui aurait apparemment confié des pouvoirs spéciaux.

Ce porte-bonheur égyptien était également associé à "Ouadjet", une divinité ayant des liens étroits avec le Soleil.

Ses représentations étaient faites de métal précieux et dotaient son porteur de forces vivifiantes.

Les gens faisaient tellement confiance à ce porte-bonheur égyptien à l’époque, qu’ils en faisaient porter aux enfants et nouveau-nés.

Certains historiens disent même que les cadeaux de baptême d'aujourd'hui sont un vestige de cette pratique.

Peu importe que cela fonctionne ou non, ce type de porte-bonheur a offert durant des milliers d’années de l’espoir à ceux qui lui faisaient confiance.

Après tout, c’est cela le principal non ?

A part les porte-bonheur, comment avoir plus de chance concrètement ?

Mon père m'a élevé avec la phrase suivante :

"La chance est le résultat d’un travail acharné et d’une prise de risques."

Je trouve qu’il y a beaucoup de vérité à l'intérieur de ces mots.

Être heureux est une décision très consciente que nous pouvons prendre chaque jour et chaque minute.

Nous pouvons personnellement influencer et cultiver notre bonheur.

Demandez-vous simplement quand est-ce la dernière fois que vous étiez vraiment heureux et chanceux ?

Capturez cet instant dans votre mémoire, et demandez-vous maintenant quelles mesures devriez-vous prendre pour retrouver cet état.

Demandez-vous aussi quelles épreuves ou peur aurez-vous à surmonter pour y arriver.

Mais en fait, c’est quoi le bonheur

Vous êtes-vous déjà demandé ce que le bonheur signifie pour vous ?

Savez-vous comment cultiver ce sentiment dans votre vie ?

Dernièrement, j'ai demandé à plusieurs personnes ce que le bonheur signifiait pour elles et ce qu'elles souhaiteraient faire pour se sentir plus heureuses.

J’ai reçu des réactions très différentes.

Certaines personnes deviennent nerveuses, d'autres ne répondent pas du tout, en particulier aux questions visant à savoir précisément ce qui augmenterait leur bonheur, ou si elles pensaient qu’un porte-bonheur pouvait les aider.

D'autres par contre me sourient avec des yeux brillants et me parlent de tout ce que les porte-bonheur ont apporté dans leur vie.

Il ne semble pas facile pour tout le monde de formuler une (ou des) façon(s) d’être plus heureux, et de vraiment reconnaître les moments de bonheur.

Je pense que cela pourrait être dû au fait à un fait simple.

Nous avons souvent tendance à rechercher une réponse unique, voir « absolue » à ce genre de question, or la vérité est souvent composée d’un ensemble d’éléments différents.

Au cours de ma vie, j'ai réalisé que le vrai bonheur résidait dans les petites choses et la conscience de la chance que nous avons de les vivre.

Je pense en outre que le bonheur peut être cultivé.

Plus vous vous concentrez dessus, plus vous en aurez.

Êtes-vous prêt à tenter une expérience ?

Posez-vous les questions suivantes chaque jour pendant un mois et notez leurs réponses dans un petit carnet.  

Je vous promets que ce sera révélateur de voir l’évolution de vos résultats.

  • Qu’est ce qui m'a fait sourire aujourd'hui ?
  • Quelles sont les choses qui m’ont enseigné une leçon aujourd’hui ?
  • Qu'ai-je fait aujourd'hui pour mon propre bonheur ?
  • Qu'est-ce qui m'a empêché de poser une action dans ce sens ?
  • De quoi devrais-je être reconnaissant aujourd'hui ?
  • Où en suis-je sur mon échelle du bonheur ?
  • Que puis-je faire pour augmenter ce score ?

Personnellement, j'ai inclus ces questions dans ma routine du soir, et y réponds toujours avant de m'endormir.

La vie nous offre des épreuves et des défis à relever et les répète autant de fois que nécessaire jusqu'à ce que nous en tirions les bonnes leçons.

Répondre chaque soir à ce genre de question est un bon moyen de prendre du recul sur nos erreurs et ainsi de ne plus les commettre.