« Arrête, ça me stress !« 

Ça doit être la quatrième fois depuis qu’on a commencé le film. Mais je n’arrive pas à m’en empêcher. C’est plus fort que moi.

J’ai l’étrange manie de bouger mes doigts, pour que chaque « entre-doigt » se frotte. Pourquoi ? Je ne sais pas. Enfin si. Je sais la cause profonde. L’anxiété.

C’est souvent elle qui nous mène à avoir quelques TOC, quelques habitudes corporelles des plus bizarroïdes.

Je vous ai demandé quelles étaient les vôtres. Vous m’avez répondu. Et…

Tadam !  Les voici réunies. Tous vos témoignages, que vous m’avez gentiment envoyés.

1. Mordre l’intérieur de mes joues. Passer mes ongles à travers des mèches de cheveux. Bouger mes orteils dans mes chaussures au point que ça fait mal. Compter mes dents avec ma langue. Mordiller ma lèvre. Compter les choses.

Carole

2. Je bégaie ou dit deux fois les choses. J’ai aussi tendance à dire des choses comme: « Je sais » et « euh« , même quand je n’ai pas entendu ce que quelqu’un a dit. Mon cœur bat très fort et il m’est difficile d’entendre et de penser correctement. Parfois, je ne réponds pas tout de suite et je dois demander à quelqu’un de répéter ce qu’il a dit.

Victoria

3. Je demande constamment à être rassuré. Si je suis en public et que quelqu’un est avec moi, je demande toujours si je regarde bien ou si le caissier va penser que je suis débile si j’achète quelque chose. Si je suis seul, je suis constamment en train d’envoyer des textos à quelqu’un.

Mégane

4. Je parle. Pas simplement par hasard, mais littéralement pour engager une conversation sur n’importe quoi et tout simplement pour que le bruit continue. Une conversation nerveuse n’est pas quelque chose qu’on attend forcement de la part d’une personne qui a une phobie sociale, mais pour moi la partie la plus anxieuse d’être impliquée ou de socialiser avec des personnes est la peur de rester dans un silence gênant avec une personne et de s’inquiéter de ce qu’elle pense.

Alice

5. J’en ai un étrange. Je bâille. Instinctivement, quand je vois quelqu’un venir vers moi ou que j’ai l’impression que quelqu’un va me dire quelque chose, je commence à bâiller pour éviter les conversations. J’ai récemment commencé à réaliser que je le faisais.

Jessica

6. Mordiller l’intérieur de ma lèvre / mes joues (ou je mâche un chewing-gum), tapoter mon pied / bouger

Anne-Sophie

7. Je souris et rigole aux moments inappropriés. Dans mon esprit, j’essaie de mettre tout le monde à l’aise, mais malheureusement, souvent, cela rend les choses difficiles.

Emilie

8. Partir inutilement tôt pour se rendre à des lieux ou à des événements. Et puis errer dans les environs. Vraiment, je cherche un endroit sûr dans lequel je peux me retirer pour me sentir à l’aise. Je note aussi toutes les issues. Je suis aussi hyper consciente des personnes entrant et sortant d’une salle ou d’une réunion. Ducoup, je jette souvent un coup d’œil vers la porte, même pendant les conversations. Je n’essaie pas d’être distraite, mon anxiété me rend très sensible à tout changement de situation sociale.

Clara

9. Je ne regarde pas dans les yeux parce que je crains que les gens pensent que je les regarde avec peur. Mais quand je regarde dans les yeux, je me pose des dizaines de questions. « Est-ce que c’est trop? Est-ce que je suis bizarre?« 

William

10. Tapoter mes doigts sur la table, faire trembler ma jambe, me ronger les ongles, me gratter la tête ou autre chose de ce genre. 

Laurent

11. J’utilise mon mari comme bouclier. Je me tiens presque derrière lui pour pouvoir lui prendre le bras et lui tenir la main. Ça le met en avance sur moi et me donne la distance des autres. Ça semble assez innocent, mais en réalité, je concentre mon attention sur son visage et le laisse parler.

Sabine

12. Je fais du bruit avec mon stylo 4 couleurs en permanence. Si quelqu’un se plaint du bruit, je vais commencer à démonter le stylo et à le remonter. C’est plus silencieux. Je vais aussi croiser mes jambes et secouer mon pied continuellement. Je m’assieds toujours près du fond de la pièce, mais pas à la dernière rangée, comme ça je peux voir tout le monde, et personne ne peut me voir. 

Benoît

13. Je grince constamment les dents et serre la mâchoire, sans même m’en rendre compte. Je mords ma lèvre jusqu’à ce qu’elle saigne. Ou je joue avec les bagues sur mes doigts, parce que je ne peux jamais ne rien faire. J’ennuie mes amis parce que je fais trop rebondir ma jambe et que je ne peux pas m’arrêter de bouger, surtout en public.

Louise

14. Mon téléphone est ma béquille sociale. Chaque fois que je parle à quelqu’un, je dois faire défiler le néant sur mon téléphone. Lorsque je passe du temps avec des gens, j’évite les silences embarrassants en prenant mon portable.

Marianne

15. Je bouge constamment, remue constamment ma jambe, je joue constamment avec mes cheveux. N’importe quoi pour me changer les idées.

Sophie

16. J’agis comme si je n’écoutais pas. Je n’écoute pas vraiment, je suppose. J’essaie de me concentrer sur ma respiration et de pratiquer la pleine conscience. 

Marion

17. Tout avouer, même les choses qui n’ont pas besoin d’être partagées. Si cela me vient à l’esprit, je dois le partager, et même si le sujet a évolué, je dois encore dire ce que je pensais devoir partager. Ça peut être aussi simple que « J’ai essayé cette recette et c’était super bon » si je ne le dis pas, je ne peux pas me détendre. 

Alice

18. Raconter toutes mes actions. Ça va ici, ça va là, je vais mettre ça ici, je vais prendre ça. J’ai besoin de ceci, et de cela. Je le fais chaque fois que je commence à paniquer pour essayer de comprendre ce que je fais physiquement, plutôt que de m’effondrer mentalement.

Aurélien

19. Je me regarde dans un miroir de poche, à plusieurs reprises, pour m’assurer que je n’ai pas de maquillage qui a coulé, ou de nourriture coincée dans mes dents.

Lise

20. Mes mains tremblent de manière incontrôlable. Je suis photographe et quand je rencontre des clients pour la première fois, c’est tellement embarrassant. Ça ne dure pas, mais ça m’empêche de trouver de nouveaux clients parce que je suis tellement conscient de ça.

Stéphane

21. J’enlève toujours mes lunettes lorsque je parle aux gens. Si je ne peux pas les voir correctement, je me sens beaucoup  moins nerveux.

Max

22. J’ai réalisé que quand je suis nerveux ou anxieux, je me concentre sur un mot en particulier. il peut s’agir d’un mot aléatoire ou peut-être associé à la conversation dans laquelle je suis et je commence à écrire le mot en l’air, sur ma main ou je répète ce mot encore et encore jusqu’à ce que je sois calme. J’agis comme si mon index était un crayon et que j’écrivais.

Erwan

23. Je bouge beaucoup. Les gens me demandent pourquoi je ne peux pas rester immobile. J’aime aussi avoir quelque chose pour jouer avec moi. En thérapie de groupe, c’était parfois quelque chose de bruyant, comme un stylo. Un jour, quelqu’un s’est plaint du bruit que je faisais. J’ai expliqué pourquoi je le faisais. Comme c’était une thérapie de groupe de santé mentale, ils comprenaient. Mais lors de la prochaine réunion, j’ai pris une pierre. Juste un petit caillou. Jolie couleur. Il y avait un endroit où glisser mon pouce. C’était moins bruyant ! Une autre chose que je fais est d’entourer mon espace de travail avec des objets, une poubelle, une petite table, etc., pour tenir les gens à distance et me sentir en sécurité et protégé. Quand je remarque que j’ai fait ça, je range tout. Quelques jours plus tard, je regarde autour de moi et constate que j’ai inconsciemment tout remis en place.

Bérénice

24. Je suis hyper extraverti devant les gens avec qui je suis à l’aise, même dans les nouvelles situations sociales, quand je rencontre de nouvelles personnes, je suis toujours celui qui se fait remarquer, pourvu qu’au moins une personne avec laquelle je suis à l’aise soit là. Cependant, lorsque l’une de mes « protectrices » n’est pas là, je suis complètement introvertie. Au travail, je ne peux pas me résoudre à parler et mon anxiété est extrême. Je réfléchis constamment à chaque petit geste que je fais. J’ai même besoin de me convaincre moi-même de me lever et d’aller aux toilettes, car je suis terrifiée à l’idée que des gens me regardent ou parlent de moi. 

Camille

25. Mes mains deviennent moites, ma voix est tremblante. J’oublie ce que je voulais dire ou répondre.

Hervé

26. Parler sans arrêt lorsque je suis inquiet et/ou que je transpire.

David

27. Je me ronge les ongles et/ou la peau de mes doigts, ma lèvre, je me tords les mains, le contact avec les yeux est extrêmement difficile. Je pense à ce que je vais dire avec de parler, mais il semble que quand les mots arrivent à ma bouche, tout devient foutu. Là, je gèle complètement et je perds toute pensée lorsque je parle à des personnes que je ne connais pas. Si je ne sais pas comment répondre à quelqu’un ou comment aider quelqu’un, je me sens incroyablement stupide et incompétent. Je me préoccupe tellement de ce que pense l’autre personne, je me perds dans la conversation. J’ai tendance à faire des bouffées de chaleur en parlant aux gens parce que je suis très anxieux. Quand je suis assis, je croise et décroise constamment les jambes. 

Axel

28. Je joue avec mes cheveux, je me tords les chevilles et les poignets, je joue avec l’intérieur de mes poches, je pousse les boutons de mon téléphone pendant qu’il est dans ma poche et je joue avec la fermeture de mon sac. Je crois que je fais beaucoup plus de choses, mais ce sont les plus « bizarres »

Danielle

29. Je ne regarde jamais dans les yeux quand je dois parler, je parle vite et de quatre ou cinq choses différentes en même temps. J’évite les magasins, mais si je dois y aller je retiens mon souffle, marche aussi vite que je peux, prends ce dont j’ai besoin, et quand je sors enfin je me retiens de pleurer.

Marie

30. Je secoue la jambe jusqu’à ce que quelqu’un me demande d’arrêter. Je joue avec des stylos, utilise mon téléphone pour éviter les interactions sociales maladroites. J’utilise l’humour pour changer de sujet. 

Etienne

31. J’ai tendance à rougir et à transpirer au point de donner l’impression que je n’ai pas pris de douche depuis des mois. C’est humiliant. Je tourne aussi mes cheveux entre mes doigts.

Océane

32. Je sors prendre une cigarette et fume quelques bouffées. Ou si j’ai besoin d’être au téléphone, je fume et fais les cent pas pour ne pas devenir une épave totale.

Aloïs

33. J’ai récemment remarqué que je devais avoir quelque chose entre mes mains. Un stylo, mes cheveux, mon bracelet, n’importe quoi et je ne remarque même pas que je le fais, mais partout où je vais, j’ai quelque chose dans mes mains 24h/24 et 7j/7. Même la nuit, je serre mon oreiller ou ma couette ou je tiens juste ma propre main. De plus, je ne peux pas établir de contact visuel plus de 2 secondes. Je dois regarder ailleurs, sur le côté ou vers le bas. J’ai essayé de regarder leur front, mais ça reste tout aussi énervant.

Sophie

34. Je passe beaucoup de temps à réfléchir et à planifier quoi dire, mais quand c’est le moment, mes mots se mélangent. De plus, quand les gens parlent, je dois me rappeler de hocher la tête, de dire « mhm mhm » ou de rire, mais tout cela ne semble pas naturel. J’ai peur que les autres pensent que je me moque d’eux, mais je veux juste qu’ils sachent que je suis intéressé par la conversation. Je fais aussi de longues pauses dans la conversation parce que j’essaie de réfléchir à la bonne façon de réagir et on m’a dit que ça rendait les gens mal à l’aise.

Florence

Et vous, qu’ajouteriez-vous ?

    8 replies to "34 habitudes nerveuses des phobiques sociaux (d’après vos témoignages)"

    • Agathe

      J’en ai quelques-uns:
      – Mon nez chatouille
      – Je me mords les lèvres
      – Balancement ( je ne peux pas rester immobile)

    • George Mallori

      Depuis que je suis gamin, je compte tous les coins. De tout! Des panneaux sur la route, des téléviseurs, des cadres, des tableaux, tout ce qui a un coin. Je ne savais pas que c’était un TOC ou de l’anxiété. Je l’ai gardé pour moi mais c’est épuisant. Je fouille aussi dans mon sac à main. À la recherche de quelque chose, je ne sais pas, je ne fais que creuser.

    • Henry Arachard

      Je me sens mal et parfois je me questionne, comment diable j’en suis arrivé à ce point. Mes nerfs réagissent à chaque fois que je suis en public, j’ai peur d’aller aux toilettes parce que je pourrais y passer une éternité avant de pouvoir prendre la fuite. Je ne peux même pas marcher correctement. Je n’abandonne pas si facilement, mais cette anxiété me pèse parce que je ne peux tout simplement pas me contrôler…

    • Kelly

      Je pleure très facilement

    • Une inconnue

      Je tousse intentionnellement pour rompre mes phrases afin de raccourcir les conversations.

    • Détrait Lucien

      Je ne peux pas supporter si quelqu’un marche derrière moi. Même si je marche avec un groupe d’amis, je préfère marcher derrière pour que personne ne me regarde.

    • Valérie78

      Je les ais tous presque… j’exagère un peu mais pas loin

    • Viriginie

      Je me reconnais dans pas mal d’entre eux !

Dites moi votre avis !